CHOLESTEROL ET DIABETE

Cholestérol et diabète

Cholestérol, triglycérides et hyperlipidémie

Avoir trop de cholestérol et de triglycérides, n’entraîne pas à coup sûr de symptômes particuliers.  Il s’agit toutefois, d’un des nombreux facteurs de risques qui, lorsqu’ils sont additionnés entraînent des troubles cardio-vasculaires.

L’excès de lipides (graisses) contribue à épaissir et durcir les artères, le cœur s’adapte de plus en plus difficilement à l’effort physique.  L’hyperlipidémie (excès de lipides dans le sang) provoque la formation de caillot de sang, qui peut finir par provoquer l’obstruction de l’artère et déclencher un infarctus (crise cardiaque).

L’excès de cholestérol et de triglycérides

C’est le foie qui produit le cholestérol utilisé par le corps dans diverses fonctions. L’excédant est apporté par les viandes grasses, le beurre, les produits laitiers…) Les aliments industriels riches en acides gras trans (pâtisseries, viennoiseries, frites …) afin qu’ils se conservent plus longtemps, participent à l’augmentation du taux de cholestérol, le mauvais, connu sous l’appellation de LDL.

Les triglycérides proviennent essentiellement du pain, des pâtes, des pommes de terre ou des sucres consommés de façon excessive, transformé par le foie. Les triglycérides sont des lipides sanguins (des gras) qui ne sont pas issus des gras alimentaires mais plutôt des sucres.

Faire son beurre avec du sucre

C’est souvent ignoré ou mal compris, mais les aliments sucrés tout comme les gras, ont un impact considérable sur les taux de lipides sanguins.

Le reflexe de l’industrie agro-alimentaire à été de supprimer les gras en faisant de soi-disant produits allégés, mais pour améliorer le goût, ils ont ajouté du sucre. L’obésité est le résultat de cette politique industrielle.  De nos jours, on mange plus de sucre et on en mange beaucoup plus.

Après avoir consommé un produit sucré, l’insuline monte pour faire baisser la glycémie. Comme vous le savez, une glycémie élevée dans le corps peut avoir des conséquences fâcheuses sur la santé.  En élevant le taux d’insuline, le sucre provoque le stockage des graisses. Celles-ci se logent dans les viscères causant l’augmentation du tour de taille. Lorsque l’on grossit, on sécrète tout un tas de substances inflammatoires et oxydatives. Ces substances sont très certainement liées aux maladies cardio-vasculaires, au diabète et au cancer.

Bon et Mauvais cholestérol

Comme tous les lipides sanguins, le cholestérol n’est pas soluble dans le sang. Pour être acheminé vers les cellules, il a besoin d’être transporté par une substance appelée : lipoprotéine.

Les deux principales lipoprotéines.

HDL (lipoprotéine de haute densité – hight density) : Associée au bon cholestérol. Elles transportent le cholestérol vers le foie avec un effet nettoyant des vaisseaux sanguins.

LDL (lipoprotéine de faible densité – low density) : C’est le mauvais cholestérol. Lorsqu’il est en quantité importante dans le sang, il s’oxyde et se dépose sur les artères, puis y pénètre. C’est le début d’un processus d’inflammation qui finit par former une plaque qui rétrécit le diamètre des artères. On appelle cela : l’athérosclérose.

Cette plaque qui réduit le passage du sang, entraîne la formation de caillot de sang. Ces caillots finissent par boucher les artères (thrombose) ou circuler en empêchant définitivement le passage du sang, c’est l’embolie.

Comment évaluer le taux de cholestérol

Le taux de cholestérol doit être estimé en fonction des antécédents du malade : maladies cardio-vasculaires, âge, tabagisme, diabète, pression artérielle, taux actuel de HDL, antécédent familiaux, obésité et sexe.

On ne sait toujours pas évaluer le degré d’oxydation du cholestérol.

Pour un taux identique de cholestérol :

  • Un homme fumeur de 55 ans, souffrant d’hypertension sera considéré à risques élevés. Il doit réduire ses taux et cesser de fumer.
  • Une femme de 34 ans non fumeuse et sans hypertension sera considéré à risques faibles.

Que ce soit l’hypercholestérolémie ou l’hypertriglycéridémie, aucun symptôme ne permettent des les détecter. Lorsque ces symptômes sont présents, les artères ont déjà perdu entre 75 et 90 % de leur fonctionnalité. Ces symptômes se caractérisent par des douleurs dans la poitrine (crise d’angine) ou dans les membres inférieurs.

Comment prévenir le cholestérol

Paradoxalement, c’est en mangeant du cholestérol (contenu dans du jaune d’œuf par exemple) au moment de la synthèse du cholestérol par le foie, le matin, que l’on freine la fabrication. Sans en manger le midi et le soir, on fait rapidement baisser son taux de cholestérol. Ce principe de programme alimentaire, c’est la chronobiologie alimentaire  ou le site : http://www.lachrono.com/

Pour ceux qui ne veulent pas changer leurs habitudes alimentaires, Il est judicieux de prendre : Levure de riz rouge Q10 Dayang. Avec la coenzyme Q10 on évite les crampes.

Un grand merci à Jean-René Mestre, Pharmacien, expert en nutrition. 43770 – Chadrac.

Patrick Rossi

 

Summary
Article Name
CHOLESTEROL ET DIABETE
Description
L'excès de lipides (graisses) contribue à épaissir et durcir les artères, le cœur s'adapte de plus en plus difficilement à l'effort physique. L'hyperlipidémie (excès de lipides dans le sang) provoque la formation de caillot de sang, qui peut finir par provoquer l'obstruction de l'artère et déclencher un infarctus (crise cardiaque).
Author
Diabetes-hebdo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.