COMMENT STABILISER SA GLYCEMIE

Comment stabiliser sa glycémie

Garder la glycémie sous contrôle est la clé d’une bonne gestion du diabète de type 2. Voici comment naviguer dans ce cours parfois compliqué des soins du diabète.

La vie avec le diabète de type 2 peut parfois sembler un effort minute par minute pour stabiliser votre taux de sucre dans le sang. Toutes les recommandations et les médicaments que vous prenez dans le cadre de votre plan de traitement du diabète de type 2 sont destinés à vous aider à atteindre et à conserver vos niveaux de sucre dans le sang dans des valeurs acceptables. Mais les médecins apprennent que pour contrôler le diabète de type 2, une meilleure information sur la maladie et la façon de la gérer est essentiel.

Les faits sur le diabète et la glycémie

Comme votre médecin vous l’explique, le diabète de type 2 survient lorsque votre corps a besoin de sucre (glucose) comme carburant. C’est un processus assez complexe qui permet à votre corps d’utiliser ce sucre. L’insuline, qui est élaborée par le pancréas, est l’hormone qui permet aux cellules de votre corps de profiter de ce sucre.

Le diabète de type 2 survient lorsque votre corps n’est plus en mesure d’éliminer le surplus de sucre de votre sang. Cela peut arriver si votre corps cesse d’être sensible à l’insuline ou s’il répond d’une manière retardée ou exagérée à des changements de votre taux de sucre sanguin. Un niveau de sucre sanguin élevé qui signale le diabète donne une lecture de plus de 126 milligrammes par décilitre (mg/dL) lors d’un test de glycémie à jeun ou plus de 200 mg/dL à tout moment pendant la journée.

Au-delà des effets du diabète lui-même, la glycémie élevée et incontrôlée endommage progressivement les vaisseaux sanguins de votre corps. Sur le long terme, ce préjudice peut conduire à une dangereuse perte de sensation dans les jambes et les pieds, une perte des fonctions de la vue et des reins, et un risque accru de maladies cardiovasculaires et d’AVC.

Les fluctuations entre les niveaux hauts et bas du sucre sont des menaces pour la santé. Être en hypoglycémie peut conduire à des risques de confusion et de perte de conscience, qui peuvent être mortelle. Les fluctuations dans la direction opposée, sucre élevé (hyperglycémie), peut causer une importante fatigue et de une déshydratation, qui peut entraîner de graves complications. Un bon contrôle du diabète peut aider à réduire les risques de crises cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, de troubles visuels, de maladies rénales, et de maladies artérielles périphériques.

Stratégies pour stabiliser le sucre dans le sang

Maintenir votre glycémie à des niveaux sains peut prendre du temps et passer par des étapes difficiles, mais cela ne se fera pas du jour au lendemain. Avoir une routine quotidienne est essentielle pour un bon contrôle du diabète, mais cela signifie que votre régime alimentaire, l’exercice physique régulier, doivent être suivi rigoureusement par votre médecin ou un éducateur/coach qui vous aidera dans cette tâche, surtout au début. Les autotests, chez vous sont particulièrement importants. Les grandes variations de l’apport glucidique au jour le jour peuvent conduire à des fluctuations de la glycémie importante qu’il faut évidemment maîtriser.

Suivez ces stratégies spécifiques pour gérer ce taux de glycémie :

Exercice. Un programme d’exercices physiques réguliers a montré qu’il pouvait aider à gérer les niveaux de sucre dans le sang au fil du temps, et être une approche variée de la bonne forme physique pour le diabète et la santé en général. Les participants à un programme de 12 semaines qui ont suivi un exercice physique pendant une heure, trois fois par semaine, avaient amélioré la gestion de leur diabète, selon une étude parue dans le numéro de Février 2015 du Journal of Sports Medicine. L’exercice physique est donc prépondérant dans la gestion efficace du diabète.

Perte de poids. Si vous êtes en surpoids, il sera plus facile et plus efficace  de stabiliser la glycémie si vous perdez quelques kilos.  Pour certaines personnes atteintes de diabète, perdre seulement 3 à 5 kilos peut faire une différence dans la lutte contre le diabète ou la gestion des médicaments. En outre, la perte de poids permet de regagner de la souplesse dans les articulations. Elle permet aussi de retrouver une respiration qui faisait défaut.

Régime. Beaucoup de personnes atteintes de diabète tentent d’atteindre un meilleur contrôle de leur glycémie en limitant les types d’aliments qui peuvent causer des pics de glycémie. Par exemple, votre médecin pourrait recommander la limitation de glucides en ne mangeant plus que de protéines maigres, des fruits et des légumes. Les fibres peuvent être aussi utile et importante, même en petite quantité dans un repas parce qu’elles stabilisent la glycémie. Respecter son régime alimentaire est une gage de réussite dans la stabilisation de son taux de glycémie.

L’alcool à bon escient. L’alcool peut causer une hausse immédiate de la glycémie, puis une chute quelques heures plus tard. Il est donc préférable de consommer en quantité modérée avec un peu de nourriture solide.

Médicaments. Votre médecin peut recommander différents types de médicaments à différents moments au cours de votre traitement du diabète. Les options de traitement comprennent:

  • Biguanide. Ce type de médicament aide votre corps à utiliser l’insuline plus efficacement et peut également réduire la quantité de sucre dans le sang par le foie. Ce médicament est mieux connu sous le nom de Metformine.
  • Sulfonylurée. Les médicaments de cette classe agissent au niveau de la cellule bêta-pancréatique en provoquant la production de plus d’insuline. Toutefois, lors de faibles taux de sucre dans le sang (hypoglycémie) il y a des effets secondaires possibles.
  • Méglitinide. Ce sont des médicaments hypoglycémiants oraux qui se lient aux récepteurs sulfonylurés qui induisent la production de plus d’insuline, l’hypoglycémie reste un effet secondaire possible.
  • Les thiazolidinediones. Cette classe de médicaments peut aider à une utilisation plus efficace de l’insuline. Attention toutefois, cette classe de médicaments à fait l’objet d’un retrait à la demande de la Commission Européenne, et de la Commission Nationale de Pharmacovigilance.
  • Inhibiteurs de l’alpha-glucosidase. Ces médicaments inhibent le dernier stade de la digestion des sucres et peuvent être utilisés pour prévenir une flambée de glycémie après un repas. L’inconvénient majeur est la stagnation et la fermentation de ces sucres non digérés dans l’intestin, responsables de flatulences, de douleurs digestives et de diarrhée.
  • Inhibiteurs DPP-4. Ces médicaments permettent à la GLP-1, une hormone intestinale qui assure le contrôle de la glycémie, de fonctionner plus longtemps et d’aider à stabiliser les niveaux de sucre dans le sang. Elle peut toutefois provoquer une insuffisance hépatique ou rénale grave.
  • Inhibiteurs de SGL2. L’originalité des iSGL2 est d’agir sur le rein, un acteur longtemps oublié de la physiopathologie du diabète de type 2.Ces médicaments provoquent l’élimination du glucose dans les urines. Ces médicaments ne sont présents sur le marché que depuis 2015 aux Etats-Unis et en Europe.
  • L’insuline. Prendre de l’insuline en supplément peut être nécessaire pour aider plus efficacement à la baisse de votre taux de sucre sanguin.

 Attention –  la plupart de ces médicaments apportent d’importants effets secondaire, il est donc impératif d’éviter l’automédication dans ce cas. L’avis du médecin ou du professionnel de santé est indispensable.

Poser plus de questions. 

Ne pas hésiter à demander à votre médecin, votre endocrinologue ou à votre éducateur/coach en diabète comment interpréter les chiffres ou des instructions plus claires pour vous aider à stabiliser votre glycémie. Vous devez savoir ce que font vos médicaments et quels sont les objectifs. Les stratégies pour stabiliser le taux de sucre sanguin sont plus efficaces quand vous comprenez comment ils fonctionnent, comment les utiliser et quels sont les résultats attendus. Les réponses sont souvent aussi proches qu’un coup de téléphone, ne l’oubliez pas. Lorsque les chercheurs australiens ont offert des conseils par téléphone aux 94 adultes atteints de diabète de type 2, ils ont remarqué que les patients amélioraient la gestion de leur diabète, selon les résultats publiés dans l’Internal Medicine Journal de septembre 2014. Ne restez pas seul !

Options de test

Les recommandations spécifiques pour le traitement de votre taux de sucre dans le sang dépendent de votre type de traitement. Si c’est un traitement oral, échelonnez les tests parce que cela nous donnera une meilleure idée de la fluctuation de la glycémie pendant la journée. Cela vous permettra d’adapter au mieux les prises de médicaments. Pour les personnes traitées à l’insuline, elles doivent être testées à intervalles réguliers tous les jours.

Des autotests tous les jours et des tests de laboratoires échelonnés de quelques mois, peuvent vous donner une image plus complète de votre diabète et comment s’y prendre pour mieux le gérer.

Bandelettes de test et moniteurs de glucose (glucomètre). 

Ce sont des tests d’échantillons de sang pris au bout des doigts que vous faites à la maison. Selon le type de votre diabète et les recommandations de votre médecin, vous pourriez avoir besoin de vous tester plusieurs fois par jour afin de garder un œil sur vos niveaux de sucre dans le sang. 

Apprenez à connaître votre état ​​de mieux en mieux en conservant un journal sur lequel vous aurez consigné vos repas et les activités physiques ainsi que les niveaux de sucre dans le sang qui en résultent. Utilisez ces outils de test de glycémie en autocontrôle pour savoir comment votre corps réagit aux changements de votre alimentation, aux exercices physiques, et à votre santé globale. Il existe de nombreuses marques de moniteurs, chacun avec leurs propres lancettes et les bandelettes de test, alors parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien qui saura vous conseiller et vous indiquer à quelle fréquence vous devriez vérifier votre taux de sucre dans le sang à la maison.

Le travail de laboratoire. 

Votre médecin peut demander des tests de glycémie en laboratoire réalisés dans le cadre de vos visites régulières pour surveiller la façon dont vous gérez votre diabète et d’autres problèmes de santé chroniques.

  • Des tests d’A1cC’est un test sanguin réalisé en laboratoire qui fournit à votre médecin des informations sur la façon dont le contrôle de votre taux de sucre sanguin au cours des trois derniers mois. Chaque fois que votre A1c est dans la norme, vous réduisez le risque de complications du diabète d’environ 30 %.

Répondre à des niveaux d’hyperglycémie ou d’hypoglycémie.

Au fur et à mesure que vous en apprendrez plus sur la vie avec le diabète et sur la surveillance de votre taux de sucre dans le sang, vous ferez l’expérience des moments où votre glycémie sera trop élevée ou trop basse. Mais ne paniquez pas sur ces résultats. Les complications du diabète sont causées par un mauvais contrôle de la glycémie à long terme, et non à une pointe occasionnelle dans vos niveaux de sucre dans le sang. Cependant, être conscient des effets à long terme d’une glycémie élevé (hyperglycémie) ou trop faible (hypoglycémie) est important et doit être traitée : 

  • Hyperglycémie :le taux de sucre du sang qui sont trop élevés pendant trop longtemps sont considérés comme l’hyperglycémie. Si votre glycémie est supérieure à 240 mg/dL, vous devriez également vérifier la présence de cétones dans votre urine avant de prendre des mesures pour abaisser votre taux de sucre dans le sang. Commencez déjà par la consommation d’eau afin de permettre l’élimination de ce sucre par les urines et éviter la déshydratation.

Exercice. L’activité physique est un bon moyen pour faire baisser la glycémie. 10 minutes d’exercices physiques est la recommandation pour les enfants atteints de diabète de type 1 comme moyen de stabiliser la glycémie avant une prise. Toutefois, si vous avez des niveaux élevés de cétones dans votre urine, tenez-vous loin des exercices physiques, car il peuvent rendre la situation pire. Voyez avec votre médecin si votre glycémie est trop élevée pendant une période de temps prolongée.

  • Hypoglycémie : Pour beaucoup de gens, l’hypoglycémie peut conduire à des étourdissements et sensations de malaise. Elle peut être extrêmement dangereuse si elle se traduit par une perte de conscience. Vous avez besoin d’environ 15 grammes de glucides à apporter dans ce cas. Beaucoup de gens emportent des comprimés de glucose avec eux juste au cas où, mais 100 ml de jus de fruits ou de soda, quatre ou cinq petits beurre, ou une cuillère à soupe de miel aura les mêmes résultats. Testez votre glycémie 20 minutes après pour vous assurer qu’elle est de retour à des niveaux plus acceptables. Si vous avez des épisodes d’hypoglycémie, porter un bracelet d’identification médicale ou un collier au cas où vous ne parviendriez pas à vous faire comprendre lors d’un malaise.

Changer votre alimentation. 

Une glycémie élevée peut être la cause de trop manger ou de manger les mauvais aliments. Si vous vous êtes égaré de votre régime de diabétique, revenez à une alimentation saine que votre médecin vous le recommandera. Une fois encore faites-vous aider par votre famille, vos amis ou un éducateur/coach qui vous feront revenir à une alimentation équilibrée. Revenez à des repas riches en protéines et en fibres pour vous aider. 

Quoi que vous fassiez, ne le faites pas dans l’urgence et n’attendez pas de résultats immédiats. De nombreuses personnes atteintes de diabète se sentent frustrés de la réponse quelque peu imprévisible à la nourriture et décident de ne plus suivre de régime qui réduirait les niveaux de sucre dans le sang. Le jeûne provoque le stress, attention donc de ne pas en abuser. Il peut effectivement affecter votre taux de sucre dans le sang par de violentes montées et descentes qu’il faudra gérer. Là encore ne restez pas seul durant vos jeûnes.

 Ajustez vos médicaments. 

Une glycémie trop élevée peut appeler à un changement de médicament, mais seulement avec le conseil de votre médecin. Parlez-en avec lui avant de modifier quoi que ce soit des posologies ou de votre traitement.

Patrick Rossi

 

 

 

Summary
Article Name
COMMENT STABILISER SA GLYCEMIE
Description
Garder la glycémie sous contrôle est la clé d'une bonne gestion du diabète de type 2. Voici comment naviguer dans ce cours parfois compliqué des soins du diabète.
Author

10 Responses to COMMENT STABILISER SA GLYCEMIE

  1. tassil dit :

    je suis diabétique, je fait 4 séance de marche d’environ 17 minutes quelqu’une je suis un régime sans sucre , ma glycémie à jeune est de 117mg/l et deux heures après un repas est de 170mg/l.
    Ma question est-ce que cela présent un danger pour ma santé ?

    • P.Rossi dit :

      Bonjour Tassil
      Par principe, le diabète est un danger pour la santé, surtout s’il est mal géré. En ce qui vous concerne, 117 mg/l à jeun cela reste acceptable.
      170 mg, 2 heures après un repas, cela ne veux rien dire, il faut prendre en compte plusieurs paramètres, comme l’âge, ce que vous avez mangé, en quantité et qualité, etc… ce qui est important, c’est après la digestion pas pendant. En revanche, l’activité physique c’est excellent et reste un facteur important à la baisse de la glycémie.

      Cordialement
      Patrick Rossi

  2. Touati dit :

    jai fait le test dux fois a jeun je suis a 2.7 et 2.9 je ne sais pas est ce que ca veut dire que je suis diabetique en plus ca ne veut pas baisser aujourdhui le taux est a 3 je ne sais plus quoi faire

    • P.Rossi dit :

      Bonjour

      Comme je l’ai souvent dit, je ne suis pas médecin. Par contre, je suis diabétique et avec un taux de glycémie à jeun de 2.7 ou 2.9, c’est sûr, vous êtes diabétique probablement de type 2. En France on détermine que vous êtes diabétique lorsque votre taux de glycémie est supérieur à 1.26. Voyez cela avec votre médecin ou un endocrinologue pour qu’il vous fasse faire une prise de sang. Avec l’hémoglobine glyquée vous saurez tout de suite (HBA1c). En attendant, commencez par supprimer tout ce qui est sucre, boissons sucrées, évitez les glucides au repas du soir (pommes de terre, pâtes) privilégiez les légumes verts.
      Tenez moi au courant de la suite que vous allez donner.
      Cordialement
      Patrick Rossi

  3. Jean lindner Armand dit :

    Ca fait plus de deux semaines je suis comme un passoir. Je bois 1/2 L d eau et environ une heure plus tard j urine a peu pret la meme qté. Boire ne me gene pas mais aller uriner toutes les heures es desagreable. Ai je le diabete?

    • P.Rossi dit :

      Bonjour Monsieur
      Si vous avez une envie permanente de boire toute la journée, y compris la nuit, alors il serait judicieux d’aller en pharmacie. La plupart d’entre-elles disposent d’un testeur de glycémie. Vous pourrez faire un test, mais soyez à jeun. en fonction du résultat, vous pourrez demander à votre médecin des examens complémentaires sanguins qui détermineront si vous êtes ou non diabétique. A titre d’info, avant d’être déclaré diabétique, je buvais un pack d’eau par jour (9 litres). Je me levais deux à trois fois par nuit. Faites tous les examens rapidement.
      Cordialement
      P. Rossi

  4. Gabrielle Tremblay dit :

    J’aimerais recevoir l’information disponible sur l’hyper glycémie.

    • P.Rossi dit :

      Bonsoir Madame
      Je ne comprends pas votre demande, il y a déjà plusieurs articles sur l’hyperglycémie. Je prépare un ouvrage qui reprend tous les articles parut à ce jour sur diabetes-hebdo. Si vous avez une demande particulière, n’hésitez pas à me recontacter.

      Très cordialement
      Patrick Rossi

      • erick lomani dit :

        bonsoir monsieur
        ma glycémie et de 112 je pèse 50kg et j ai 32 ans on me dit que je suis devant la porte du diabète ses vrais.

        bien a vous.

        • P.Rossi dit :

          Bonjour
          Une glycémie à 112 ce n’est pas catastrophique, reste à savoir quand vous avez fait ce test. C’est vrai, que si cela continue, vous deviendrez diabétique. Changez de mode de fonctionnement, la nutrition sans sucre, pas de soda (coca, Fanta, limonade…) revenez aux légumes verts, mangez du poisson (sardines, saumon, maquereau…) peu de viande (ou alors des viandes maigres), pas d’alcool et pas de tabac. Faites aussi de l’exercice physique, 30 mm de marche minimum par jour. A 32 ans on peut s’adapter sans problème majeur.
          Cordialement
          Patrick Rossi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.