GINGEMBRE : DIABETE ET CANCER

gingembre pour guérir le diabète et le cancer

Le gingembre : Une plante très prometteuse contre le cancer et le diabète.

Le gingembre est la tige souterraine épaisse noué (rhizome) d’une plante répondant au nom de Zingiber officinale et utilisé pendant des siècles dans la cuisine asiatique et les médecines chinoises et ayurvédiques.

Originaire d’Afrique, d’Inde, de Chine, d’Australie et de Jamaïque, le gingembre est couramment utilisé comme épice ou arôme dans la cuisine. C’est aussi une alternative pour traiter « à base de plantes » divers maux, tels que la nausée et l’indigestion. Il est également utilisé pour parfumer les savons et d’autres produits cosmétiques.

Le contrôle glycémique

Une étude publiée dans l’édition d’août 2012 de la revue « Planta Medica » a suggéré que le gingembre pouvait améliorer le contrôle à long terme de la glycémie pour les personnes atteintes de diabète de type 2. Des chercheurs de l’Université de Sydney, en Australie, ont constaté que les extraits de Buderim Ginger (gingembre australien) riche en gingérols, le composant actif majeur contenu dans le rhizome, pouvait augmenter l’absorption du glucose dans les cellules musculaires sans utiliser l’insuline et aidait à la gestion des niveaux élevés de sucre dans le sang.

Dans le numéro de Décembre 2009 de l’European Journal of Pharmacology, les chercheurs ont rapporté que deux extraits de gingembre différents, (spissum et un extrait huileux) interagissaient avec les récepteurs de la sérotonine et avaient une action importante sur la sécrétion d’insuline. Le traitement avec les extraits conduit à une baisse de 35% des niveaux de glucose dans le sang et une augmentation de 10% dans les niveaux d’insuline plasmatique.

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de Shahid Sadoughi, l’Université des sciences médicales de Yazd, en Iran, portait sur 88 personnes atteintes de diabète de type 2. Les bénévoles, qui tous, vivaient avec le diabète depuis au moins 10 ans, ont reçu au hasard soit 3 capsules quotidiennes de 1 gramme de poudre de gingembre ou 3 capsules de placebo, en plus de leurs médicaments réguliers de diabète. Ceux qui ont pris les capsules de gingembre a vu une diminution significative de la glycémie au bout de 8 semaines.

Les chercheurs ne savent pas exactement comment fonctionne le gingembre pour faire baisser la glycémie. Il est possible qu’il inhibe la phosphorylase hépatique, une enzyme qui décompose les molécules de glucose, appelées glycogène. Les chercheurs ont conclu que le gingembre a des effets inhibiteurs potentiels contre les enzymes testées, en particulier, α-glucosidase et α-amylase, qui sont les plus pertinentes dans la gestion du diabète, et la cyclooxygénase pour l’inflammation.

L’une des substances anti-inflammatoires puissantes, le gingérol, en fait un analgésique efficace et puissant, couramment utilisé pour réduire la douleur et l’enflure chez les patients souffrant d’arthrite et ceux souffrant d’autres douleurs inflammatoires et musculaires.

Traitement de la cataracte

Le développement de la cataracte est un phénomène fréquent chez les patients diabétiques chroniques. Un article paru dans le numéro 2010 du « Molecular Vision » a présenté le potentiel du gingembre pour prévenir le développement de la cataracte chez les souris diabétiques. Le diabète avait été induit chez ces rats qui ont reçu soit un complément en gingembre dosé à 3 % ou un placebo dans leur régime alimentaire pour une période de deux mois. La progression de la cataracte a été surveillée et les chercheurs ont constaté que le gingembre non seulement retardait l’apparition mais aussi la progression de la cataracte. Ils ont conclu qu’il est efficace pour la prévention et le retard de complications diabétiques pour la vue comme la cataracte.

Le gingembre tue les cellules cancéreuses de l’ovaire et de la prostate mieux que la chimio

Grâce aux recherches effectuées par l’Université du Michigan (USA) et à une antériorité de 3000 ans avec la médecine chinoise, on sait maintenant utiliser le gingembre non seulement pour tuer les cellules cancéreuses de l’ovaire, mais également les cellules cancéreuses de la prostate sans aucune toxicité.

Les résultats présentés lors d’une session à l’American Association for Cancer Research montrent qu’à chaque fois que la poudre de gingembre a été utilisée pour traiter les cellules cancéreuses, elles sont toutes mortes suite à leur exposition à ce composé. Dans le langage médical, c’est ce que l’on appelle l’apoptose (le suicide des cellules cancéreuses). Lorsqu’il est présent, les cellules s’attaquent même les unes aux autres, c’est ce que l’on appelle l’autophagie.

Le gingembre est aussi considéré comme un grand remède naturel pour ceux qui sont traités en chimiothérapie, on peut également l’utiliser en grandes quantités pour traiter le cancer en automédication.

Une autre étude qui montre la capacité du gingembre à lutter contre le cancer de l’ovaire conclut par : « Le gingembre inhibe la croissance et module la sécrétion de facteurs angiogéniques dans les cellules cancéreuses de l’ovaire. L’utilisation d’aliments comme le gingembre, peut être efficace dans le traitement et la prévention du cancer de l’ovaire. »

On a également prouvé que le gingembre traitait le cancer de la prostate. Le British Journal of Nutrition a publié les résultats d’une étude américaine récente dans laquelle l’extrait de gingembre (Zingiber officinale) a tué les cellules cancéreuses humaines de la prostate, alors qu’il n’a pas touché aux cellules saines. Il s’avère que l’extrait de gingembre a réduit la taille des tumeurs de la prostate de 56 %. Les chercheurs ont utilisé une alimentation orale quotidienne de 100 mg/kg de poids corporel d’extrait de gingembre dans leurs études sur des rats.

« Plus important encore, le gingembre n’a exercé aucune toxicité détectable dans les tissus normaux, qui se divisent rapidement, tels que l’intestin et la moelle osseuse. Ce rapport est le premier à démontrer l’activité anticancéreuse in vitro et in vivo de l’ensemble des extraits de gingembre pour la gestion du cancer de la prostate ».

En plus de ses avantages indéniables, le gingembre ne présente aucune toxicité même consommé à fortes doses, et ne provoque pas d’effets secondaires indésirables chez les patients sous traitement en chimiothérapie ou avec des rayons. « Beaucoup d’hommes diagnostiqués avec un cancer de la prostate, et beaucoup de femmes diagnostiquées avec un cancer de l’ovaire peuvent être aidés avec le gingembre ».( American Cancer Society )

Alors que l’industrie pharmaceutique fait endurer des traitements très invasifs aux patients, il suffirait seulement d’un peu de poudre de gingembre pour que les cellules cancéreuses finissent par se suicider. Mais voilà, ce traitement peu coûteux ne permettrait pas à cette industrie de gagner autant d’argent. Alors, une fois encore, qui se soucis de notre santé.

Le Gingembre fait partie des grands médicaments dans le monde, on l’utilise depuis longtemps pour traiter l’inflammation et les nausées. D’autres utilisations médicales comprennent le traitement de:

  • Bronchite
  • Brûlures d’estomac
  • Les douleurs menstruelles
  • Nausée et vomissement
  • Maux d’estomac
  • Diarrhée
  • Infections des voies respiratoires supérieures (IVRS)

Partout dans le monde des études sur diverses plantes permettent de mieux comprendre les mécanismes du diabète et d’autres maladies cancéreuses. Dommage qu’il n’y ait pas plus de communication sur ces sujets primordiaux dans nos sociétés.

Patrick Rossi

Pour en savoir plus :

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.