L’INTESTIN – LE DEUXIEME CERVEAU !

intestin, le deuxième cerveau

Le docteur Alexandre Ferreira, endocrinologue, spécialiste de nutrition, membre de la Société brésilienne d’endocrinologie et du métabolisme et membre de la Société brésilienne de diabète nous parle de l’intestin et de l’intérêt que l’on devrait lui porter.

Saviez-vous que pour certains physiologistes, le centre régulateur de notre corps n’est pas le cerveau, pas plus que le cœur n’est l’organe des émotions. « Ce serait un blasphème, nous dit le Dr Ferreira, si je disais que le centre de commandement de notre corps se trouve dans l’abdomen. Cette partie du corps est importante, elle est même appelé le deuxième cerveau. Vous savez de qui je parle ? C’est vrai, sa majesté … Il Seignor Intestino !!! »

Le système gastro-intestinal est plus sensible aux émotions que l’on peut le croire de prime abord. Vous avez des maux d’estomac lorsque vous faite face à l’inconnu ? D’autres maux d’estomac ou d’intestins quand vous êtes confrontés à une pression, à du stress, ou que vous êtes fatigué ou déprimé.  Il y a quantité d’expressions qui définissent ces états…  Ne dit-on pas « Des querelles intestines » pour parler de disputes qui se déroulent à l’intérieur d’un groupe social. Le mot « intestin » d’ailleurs est issu du mot latin « instestinus », qui signifie « qui se passe à l’intérieur d’un ensemble ».

Ces relations entre l’intestin et le cerveau existent pour une seule raison, l’énorme quantité d’émetteurs dans l’intestin qui établissent une connexion directe avec le cerveau. Cela explique aussi pourquoi une crise de nervosité peut se gérer dans les toilettes. L’intestin joue un rôle important dans notre santé. Son contrôle va bien au-delà des limites de la fonction gastro-intestinale. Cela atteint, non seulement la santé physique, mais aussi mentale.

La relation que l’intestin entretien avec le cerveau et la performance immunitaire altérée peuvent déclencher des maladies métaboliques telles que des allergies, l’obésité et le diabète, avec des complications neurologiques comme la sclérose en plaques et la maladie de Parkinson ou  des neuropathies diabétiques.

L’intestin a environ 100 millions de neurones, ce qui le place en second rang tout de suite après le cerveau. En outre, les neurotransmetteurs et les hormones associées au cerveau sont produits dans l’intestin. 98% de la sérotonine, qui vous empêche de vous sentir mal ou déprimé provient de l’intestin. Ce neurotransmetteur du système nerveux central est aussi responsable de la mémoire et de l’humeur. La sérotonine est impliquée dans la régulation du cycle circadien ; rythme biologique d’une durée de 24 heures environ.  Elle est aussi impliquée dans divers désordres psychiatriques tels que le stress, l’anxiété, les phobies, la dépression.

Si vos fonctions intestinales  ne vont pas bien, vous en ressentirez l’impact sur le bien-être physique, mental et émotionnel. L’inverse est également vrai : lorsque l’équilibre chimique du cerveau est déréglé, les viscères en subissent les conséquences. Dans la pratique, la relation prouve que les problèmes intestinaux peuvent être causés par l’anxiété, le stress ou la dépression. Toutes les études réalisées démontrent que 50% des troubles intestinaux ont des causes émotionnelles.

Dans le cas des patients atteints du syndrome de l’intestin irritable (ou colon irritable), 90% de ces patient avaient des problèmes émotionnels. Les recherches de L’université de Boston (USA), a montré que les patients atteints du syndrome du côlon irritable étaient 40% plus susceptibles de développer une dépression et que lorsqu’ils prenaient un médicament pour traiter la maladie physique, on constatait une amélioration de l’état mental. Il y a donc bien corrélation entre l’intestin et de cerveau.

L’intestin contient plus de 70% des cellules de défense de l’organisme, 500 espèces de bactéries et 100 trillions de micro-organismes. Cette armée qui doit en principe nous protéger, constitue la microflore intestinale (connu sous le nom de flore intestinale). Elle participe à l’extraction de nutriments provenant de la production alimentaire et assure la défense cellulaire.

Cependant, elle n’a pas suffisamment évolué pour résister aux mauvaises habitudes alimentaires d’aujourd’hui. Les aliments transformés et les excès peuvent modifier cet univers microbiote, laissant la place aux bactéries nocives qui se déposent et se multiplient pour causer des dommages. Les antibiotiques, le stress et l’alcool tuent une grande partie de ces bactéries. Elles n’ont jamais été là, pour prévenir les dommages de ce monde, mais pour transformer la nourriture en principes actifs indispensables pour notre survie.

Remplacez donc le « fast food » par des fibres qui nourrissent ces bactéries bénéfiques pour le corps. Pratiquez des exercices pratiques, qui font travailler les intestins plus efficacement et investissez, autant qu’il est possible, dans des activités qui réduisent le stress et favorise l’équilibre mental. La science prouve que vous savez instinctivement ce qui est toujours présent dans votre tête et au niveau de votre  intestin.

Le docteur Alexandre Ferreira affirme que 66,5 millions de femmes au Brésil souffrent de problèmes gastro-intestinaux, avec des pathologies aussi diverses que variées. Ce même ratio se retrouve dans les plupart des pays dit « riches ». Les plus courantes :

  • Gastrite : C’est une inflammation de la muqueuse de l’estomac qui peut conduire à :
  • nausées,
  • intolérance alimentaire,
  • vomissements et douleurs très fortes.

L’utilisation fréquente de médicaments anti-inflammatoires, antibiotiques et certaines prescriptions de longues durées, comme la metformine pour les diabétiques, ainsi que des boissons alcoolisées, augmente les chances de développer cette maladie. La gastrite peut être chronique, même à court terme. Éloignez-vous des aliments gras, de l’alcool, de la cigarette pour la prévenir et la contrôler.

Au fil du temps, le diabète peut affecter de nombreuses parties du corps. Une de ces partie est le nerf vague, également appelé nerf pneumogastrique ou nerf cardio-pneumo-entérique, qui contrôle la rapidité de l’estomac à se vider. Quand il est endommagé, votre digestion ralentit et la nourriture reste dans votre corps plus longtemps que ce qu’elle devrait. On appelle cela la gastroparésie, vous vous sentez mal à l’aise et cela conduit parfois à des vomissements.

Bien qu’elle soit plus fréquente chez les personnes atteintes de diabète de type 1, les diabétiques de type 2 peuvent aussi la développer. La plupart des personnes atteintes de gastroparésie qui ont un diabète depuis 10 ans déjà présentent également d’autres complications liées à cette pathologie.

Pour palier à ce problème, il faut absolument varier le contenu de ses repas et surtout quand les prendre. Au lieu de manger 3 fois par jours par exemple, vous pouvez manger 6 petits repas. Ainsi vous aurez moins de nourriture dans l’estomac et celui-ci aura plus de facilité à se vider.

  • Reflux gastro-œsophagien : Il affecte environ 20% des adultes et se révèle être un problème de valve (sphincter) qui sépare l’estomac de l’œsophage, provoquant une remontée du contenu de l’estomac dans l’œsophage, pour atteindre parfois la bouche. Ceux qui souffrent de reflux devraient s’abstenir de gras, d’aliments acides, de café, de boissons gazeuses et d’alcool. Le traitement passe essentiellement par une modification de l’alimentation.
  • Syndrome du côlon irritable : C’est le trouble chronique le plus rependu qui provoque une digestion trop rapide ou trop lent. Plus de 25% des adultes ont ce syndrome, et les jeunes femmes sont les plus atteintes. Pour les diabétiques, cette pathologie est souvent liée à la prise de médicament et à une mauvaise alimentation. Une bonne nouvelle malgré tout, ces symptômes ne sont pas irréversibles. Ils se règlent le plus souvent par une modification du choix alimentaires et d’autres thérapies ou médecines alternatives, très rarement par la chirurgie.

Les symptômes sont :

  • des crampes fréquentes,
  • des gaz,
  • des ballonnements occasionnant des douleurs,
  • la constipation
  • la diarrhée.

La maladie est souvent liée à un état dépressif, avec des troubles et des infections bactériennes. L’exercice et des ajustements alimentaires associés à une psychothérapie sont recommandés pour soulager ce trouble. Dans ce cas précis la psychothérapie sera le facteur déclencheur de la guérison.

  • Maladies intestinales inflammatoires : Ce sont des maladies chroniques comme la maladie de Crohn et les colites ulcéreuses, qui induisent l’inflammation de l’intestin et une faible immunité. Le taux de personnes atteintes de maladies inflammatoires de l’intestin augmente surtout chez les femmes. Les symptômes comprennent la fièvre, la diarrhée avec la présence de sang et des douleurs importantes.

Les régimes alimentaires faibles en nutriments, le tabagisme et une prédisposition génétique augment l’apparition de ces troubles difficiles à guérir, mais Ils peuvent être guérit avec des changements de mode de vie, souvent important et un rééquilibrage de la flore intestinale.

Pour le fonctionnement parfait de votre second cerveau, pratiquer une activité physique régulière, éviter la routine fatigante ou contraignante, chercher des débouchés et des plaisirs en dehors de cette routine. Consommez des quantités satisfaisantes et régulières de fibres. Évitez les aliments gras, les boissons gazeuses, l’alcool et les cigarettes. Buvez au moins 2 litres d’eau par jour, cela doit devenir une habitude. Votre cerveau et vos intestins sont les meilleurs amis, encouragez cette amitiés !

Patrick Rossi

En savoir plus

 

 


Summary
Article Name
L'intestin - Le deuxième cerveau
Description
Le système gastro-intestinal est plus sensible aux émotions que l’on peut le croire de prime abord. Vous avez des maux d’estomac lorsque vous faite face à l'inconnu.
Author

One Response to L’INTESTIN – LE DEUXIEME CERVEAU !

  1. Pablo dit :

    muy bueno y la información esclarecedora sobre la diabetes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.