PIMENT DE CAYENNE

piment de cayenne

Si fort mais si doux avec notre santé

Le monde des épices est pas ou peu connu. Saviez-vous que certaines d’entre-elles on des propriétés médicinales. Ainsi le piment par exemple, que l’on rejette souvent parce qu’il ne se prête pas à notre cuisine, présente d’incontestables propriétés médicinales. Cette épice forte réchauffe non seulement vos plats et votre corps en augmentant votre métabolisme tout en vous aidant à brûler les graisses plus rapidement. Surprenant non ! Un allié des régimes minceur.

Une étude très intéressante a montré que lorsqu’une personne consommait un apéritif avec des piments rouges, elle mangeait 15% moins de nourriture. Pour ceux d’entre vous qui bannissent le piment de Cayenne parce que vous pensez que cela dérange votre estomac sachez qu’il aide la guérison du tissu digestif, stimule les enzymes digestives et participe à la prévention des ulcères de l’estomac.

La capsaïcine, réduit le cholestérol sanguin LDL (le mauvais), les triglycérides et diminue la formation de caillots sanguins, en vous préservant des crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux. Elle s’est également montrée très efficace pour réduire les niveaux de cholestérol LDL chez les individus obèses.
Le piment atténue les risques d’hyperglycémie, autrement dit, les piments font baisser le taux de glycémie. La capsaïcine stimule le foie, en accélérant la production d’insuline par le pancréas.

Une étude réalisée à Toronto en 2006, publiée dans la revue « Cell » a démontré que des souris diabétiques à qui l’on avait injecté de la capsaïcine ont été guéris du diabète de type I. Dans cette étude la capsaïcine injectée a relancé la production d’insuline. Des études sont en cours pour vérifier les mêmes résultats chez l’homme.

De nombreuses autres études médicales démontrent que la consommation de plats pimentés augmente la dépense énergétique et l’oxydation de la graisse. Une nouvelle étude réalisée sur l’effet métabolique qu’aurait la capsaïcine contenue dans le piment à donné les résultats suivant.

  • Une période de consommation de repas fades et de repas équilibrés pimentés, pendant 4 semaines chacune a été prodiguée à 36 sujets, 22 femmes et 14 hommes, âgés en moyenne de 46 ans, leur IMC moyen était de 26,4.
  • Leur taux de glycémie était pris avant de manger et 2 heures après les repas.
  • Lors de la période de consommation de repas pimentés, ils consommaient 30 g par jour de piments à 55 % de piment de Cayenne.

Les chercheurs ont conclu que la consommation régulière de piments atténuait les risques d’hyperglycémie, c’est-à-dire avec un taux d’HbA1c largement supérieur à 7,3 %. Lors des 4 semaines de consommation de repas pimentés, le taux de glycémie était plus faible, environ 40 % inférieur que lors de la période de consommation de mets non-pimentés. La capsaïcine stimule donc le foie et accélère la production d’insuline par le pancréas.

La capsaïcine, qui donne cette saveur épicée est un puissant inhibiteur de la substance P, un neuropeptide associé au processus inflammatoire. Plus le piment est fort, plus il contient de capsaïcine. Les variétés les plus fortes sont les habanero et les Scotch bonnet et les Jalapenos. Ensuite viennent les piments un peu plus légers tels que les piments espagnols, Anaheim et les piments cerises hongrois.

C’est également un remède anti-inflammatoire très efficace, contre les maux de tête, l’arthrite les douleurs musculaires et articulaires. Il est utilisé aussi pour la congestion nasale et le renforcement du système immunitaire. Outre la capsaïcine, le piment de Cayenne présente une grande teneur en vitamine A, vitamine B6, manganèse, vitamine K et de la vitamine C.

Des études de laboratoire suggèrent que la capsaïcine possède aussi des propriétés antibactériennes et analgésiques. Selon ces études, le piment de Cayenne pourrait être utile en cas d’arthrose, de douleur dans le bas du dos, de nausées et de vomissements après une opération, de douleur d’origine neuropathique liée au diabète et de douleur après une opération.

Les piments forts renferment plusieurs types d’antioxydants et au fil de leur mûrissement, la concentration de plusieurs de ces composés augmente de 2 à 3. Dans une étude analysant plusieurs antioxydants du piment, le composé ayant l’activité antioxydante la plus forte était la lutéoline, suivie de la capsaïcine et de la quercétine4 et des Alpha-tocophérol.

Essayez du piment de Cayenne dans vos œufs le matin, vos soupes, vos ragoûts, votre chili, ou bien sur de la viande pour stimuler votre métabolisme. Ceux qui n’apprécient pas la cuisine épicée, peuvent le prendre sous forme de gélule ou de teintures. De cette façon, l’effet ne se manifeste pas dans la bouche, mais uniquement dans l’estomac et les intestins. Seules, les personnes souffrant du syndrome du colon irritable ou d’hémorroïdes doivent éviter le piment de Cayenne.

Des études américaines sont en cours pour déterminer les avantages du piment et du poivre de Cayenne sur les affections suivantes :

  • Aptitude à arrêter une attaque cardiaque en cours
  • Abaisser la pression artérielle en renforçant la performance cardiaque
  • Améliorer la circulation grâce à une vasodilatation
  • Analgésique topique efficace pour l’arthrite et des douleurs articulaires
  • Soulager les problèmes gastro-intestinaux tels que des maux d’estomac, des crampes et de gaz.
  • Soulager les maux de tête
  • Fluidifier le sang – Aider à prévenir les caillots sanguins
  • Soulager la neuropathie diabétique, le psoriasis et la fibromyalgie.

Il est également utilisé pour des problèmes cardio-vasculaires, y compris pour une mauvaise circulation sanguine, une mauvaise coagulation du sang et un taux de cholestérol élevé.

Les épices cachent bien leurs jeux, on les connaît souvent très mal. Les poivres, les piments, la cannelle, la girofle, le curcuma, la muscade, etc., autant de noms connus qui offrent des richesses insoupçonnées et des vertus surprenantes dans l’amélioration voir la guérison de nombreuses pathologies, comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et même le cancer. Une étude réalisée au Centre médical Cedars-Sinai et publié en Mars 2006 dans « Cancer Research » a trouvé que des concentrations élevées en capsaïcine peuvent avoir un effet significatif sur l’élimination des cellules cancéreuses de la prostate.

Mais le piment agit comme un détoxifiant et élimine les déchets de notre corps en augmentant les nutriments apportés dans les tissus. Il agit également comme un détoxifiant gastro-intestinal et aide à une bonne digestion des aliments. Les piments sont excellents pour votre système immunitaire. Le piment rouge possède aussi une haute teneur en bêta-carotène ou pro-vitamine A. Cette vitamine est essentielle pour la bonne santé des voies nasales, des poumons, des voies urinaires et sert de défense pour l’organisme contre les agents pathogènes envahissants.

ATTENTION : Le piment de Cayenne peut interagir avec certains médicaments.

  • Il intensifie les effets des médicaments qui éclaircissent le sang ( ex. la warfarine, l’héparine et l’acide acétylsalicylique [Aspirine]).
  • Avec des médicaments qui servent à dissoudre les caillots (ex. l’altéplase) et des barbituriques.
  • De plus, il augmente le risque d’apparition des effets secondaires de divers médicaments.

Il faut employer le piment de Cayenne par voie topique (appliqué sur la peau) durant au moins 1 à 4 semaines pour des douleurs articulaires, avant de constater des bienfaits. Il est impératif de se laver les mains immédiatement après avoir appliqué la pommade ou l’onguent, sauf si le traitement est pour les mains. Évitez tout contact avec les yeux, et n’appliquez pas le piment sur la peau éraflée ou sur des plaies.

Ne faites pas usage de piment de Cayenne dans les cas suivants :

  • une allergie au piment de Cayenne ou à l’un des ingrédients de ce produit de santé naturel
  • une atteinte des reins (néphropathie)
  • pendant la grossesse ou l’allaitement au sein
  • Si vous avez un ulcère d’estomac, une inflammation dans l’estomac ou une autre atteinte gastrique ou intestinale (par ex. le syndrome du côlon irritable).

Patrick Rossi


– – – – – – – –
Références

  • Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs, version 2005.
  • Tannahill Reay. Food in History, Three Rivers Press, États-Unis, 1988.
  • This Hervé. INRA. http://www.toildepices.com/
  • The Chili Pepper Institute. New Mexico State University. www.chilepepperinstitute.org
  • Lee Y, Howard LR, Villalon B. Flavonoids and antioxidant activity of fresh pepper (Capsicum annuum) Cultivars. Journal of Food Science 1995;60(3):473-6.
  • Borges RM. Why are chillies pungent?J Biosci 2001 September;26(3):289-91.
  • Tucker JM, Townsend DM. Alpha-tocopherol: roles in prevention and therapy of human disease. Biomed Pharmacother 2005 August;59(7):380-7.
  • Mozsik G, Szolcsanyi J, Racz I. Gastroprotection induced by capsaicin in healthy human subjects. World J Gastroenterol 2005 September 7;11(33):5180-4.

 


 

INSCRIPTION DIABETES-HEBDO

Recevez un  cadeau de bienvenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.