PLANTES ET COMPLEMENTS ALIMENTAIRES

plantes et complements alimentaires bio

Optez avant tout pour la qualité. Choisissez des plantes et compléments alimentaires naturels.

Contrairement au pessimisme ambiant lié aux différentes affaires concernant des laboratoires pharmaceutiques, des chercheurs dans le monde entier, se penchent sur le patrimoine que sont les plantes présentes sur terre. Dans plusieurs cas ces études démontrent que ces plantes apportent un soulagement voire une guérison sans effets secondaires à des maladies jusque-là traitées par la chimie.

Chaque jour, des avancées importantes permettent d’entrevoir de nouvelles perspectives pour le diabète mais aussi pour certains cancers. De nouvelles pratiques thérapeutiques font elles aussi leur chemin et donnent à l’homme d’autres moyens de se soigner. Beaucoup de choses qui paraissaient farfelues il y a quelques années sont devenues incontournables aujourd’hui. Restons ouverts à toutes ces recherches.

Avant de parler plantes et compléments alimentaires, il faut aborder un sujet délicat et polémique encore aujourd’hui. Je veux parler du bio. Si nous devons prendre des produits que l’on qualifie de « naturels » pour se soigner, il est indispensable d’en vérifier à la fois leur provenance et leur mode de culture.

Vous ne pouvez absorber une plante pour guérir ou obtenir un mieux-être et en même temps absorber toutes sortes de produits chimiques contenus dans ces mêmes plantes (pesticides, fongicides, herbicides, engrais…). Aussi je vous conseille de vous les procurer dans des boutiques bio ou vérifier que ces produits portent le label AB.

Ce que l’on appelle agriculture biologique, est un mode de production agricole, aujourd’hui parfaitement défini, réglementé et contrôlé. Ces principes, s’appliquent aux végétaux et aux animaux ainsi qu’aux entreprises productives et durables, en harmonie avec l’environnement. C’est donc un choix de ne pas utiliser certains pesticides, engrais, organismes génétiquement modifiés, antibiotiques ou hormones de croissance non autorisés, afin de donner au consommateur des produits les plus sains possibles. Chacun a, bien sûr, le droit de faire selon ses convictions et ce choix sera tout à fait respectable.

Néanmoins, depuis quelques années, des études ont démontré que manger bio réduisait de 90 % notre exposition aux pesticides, malgré un acharnement médiatique à prouver le contraire. Qui peut dire que manger bio n’est pas bon pour la santé ?
Une étude américaine de 2006 (Université de Washington), menée sur des enfants a démontré que les traces de pesticides disparaissaient lorsque ces enfants étaient alimentés avec des produits bio et que ces traces réapparaissaient dès qu’ils revenaient à une alimentation classique.

Le 13 juin 2013, l’INSERM a publié les résultats d’une expertise collective, menée par ses équipes, qui a passé en revue la littérature scientifique internationale de ces 30 dernières années sur les pesticides. Selon les chercheurs, le lien entre certaines maladies (différents cancers, maladie de Parkinson, problèmes hormonaux) et l’exposition aux pesticides est établie. (Article publié par l’Institut pour la protection de la Santé Naturelle)

Mais le plus important reste l’état de santé préoccupant des agriculteurs qui sont en contact permanent avec ces pesticides. Récemment, France 2, auteur d’un documentaire sur ce sujet, évoquait le décès de Yannick Chenet et Frédéric Ferrand, tous deux viticulteurs. Les familles ont poursuivi la firme Monsanto en justice et ont obtenu la condamnation du géant de l’agrochimie.

L’agriculture bio ne résout pas tout, hélas, mais elle permet de prendre conscience de l’intérêt d’une alimentation saine et de l’interaction de produits chimiques de haute toxicité avec notre santé.

Lors d’une interview accordée à l’émission « Terre à terre » de France Culture, Gilles Séralini explique que les pesticides sont composés d’un principe actif et d’adjuvants. Ce principe actif, est la molécule principale du pesticide (ou d’un médicament). Les adjuvants sont, quant à eux, les molécules ajoutées pour en accentuer l’effet. Ce sont le plus souvent des résidus de pétrole, de gaz, de produits détergents ou de graisses animales oxydées.

La publication de l’étude du professeur Gilles Séralini et de son équipe concernant les effets sur la santé d’un OGM, le maïs NK 603, et de son herbicide associé le Roundup de Monsanto, a fait le tour du monde et a entraîné la stupéfaction et l’inquiétude des consommateurs de la planète ainsi que de très vives réactions de l’industrie agrochimique, le soutien et les critiques positives de plus de 300 scientifiques de 33 pays sur les 5 continents. Mais l’on continue de vendre ces produits.

Tous les états ont mis en place le principe de précaution. Il serait alors irresponsable de continuer à consommer ces produits et à ne pas appliquer ce même principe de précaution pour nous même. Serions-nous devenus si stupides !

Il est, vous en conviendrez, illogique de consommer des aliments et des plantes pour se nourrir et se soigner qui soient polluées par des produits hautement toxiques. Une fois encore, c’est à nous, consommateurs de faire le choix de la nourriture la plus saine pour nous, pour nos enfants et les générations à venir.

Les médecines chinoises et ayurvédiques (Inde) utilisent de nombreuses plantes encore méconnues de la médecine occidentale. La médecine ayurvédique, vieille de 5.000 ans, s’intéresse à la santé au sens large, en incluant l’hygiène de vie, le corps et l’esprit.

Pour la médecine ayurvédique, la vie est l’association du corps, de l’esprit et de la conscience et représentent les trois dimensions de l’existence — le physique, le mental et le spirituel. La bonne santé ou la maladie influent sur ces trois plans. Un traitement est dit holistique lorsqu’il prend en compte ces trois niveaux. En ce sens, le véritable traitement ayurvédique est un traitement holistique.

La Médecine traditionnelle chinoise repose sur un ensemble de théories et de pratiques basées sur la philosophique et le symbolisme, voyant le corps, le cœur et l’esprit comme un tout. Une grande partie des plantes présentées ici sont issues de ces médecines anciennes qui font, aujourd’hui, l’objet de recherches scientifiques dans le monde entier.

Il n’y a pas de recette universelle. La panacée n’existe pas. Nous sommes des êtres complexes, avec, il est vrai, quelques dénominateurs communs. Mais nous sommes surtout un composé de caractéristiques propres avec des histoires toutes personnelles. Aussi, même si nous nous ressemblons, nous sommes tous des êtres uniques.

Nos capacités d’absorption ou d’élimination ainsi que toute notre réactivité physiologique tiennent compte des niveaux de pollution, et sont des données qui nous sont propres.

Les recommandations de ce blog n’ont d’autre but que celui de guider vos premiers pas vers de nouveaux produits où vous devrez trouver le bon et la juste posologie en fonction de vos propres besoins. C’est pour cette raison que je ne donne aucune indication sur mes prescriptions personnelles. Il ne faut pas oublier également que nos besoins peuvent nettement varier dans le temps, selon la saison, notre état de fatigue, le stress, etc… Il ne peut donc être question de prendre une même posologie qu’une autre personne.

Patrick Rossi

 

 


INSCRIPTION DIABETES-HEBDO

Recevez un  cadeau de bienvenue.

Summary
Article Name
Plantes et compléments alimentaires
Description
Dans plusieurs cas ces études démontrent que ces plantes apportent un soulagement voire une guérison sans effets secondaires à des maladies jusque-là traitées par la chimie.
Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.