SUCRE ET EDULCORANTS ARTIFICIELS

Stevia

Un danger pour la santé.

Nous avons, comme tous les diabétiques, l’interdiction de consommer du sucre, raffiné ou non. Nous ne pouvons plus mettre de sucre dans notre café ou notre thé, sucrer un yaourt ou quelques fraises. cependant, certains d’entre nous, on choisi de ne pas se priver de ce goût sucré et on remplacé le sucre par un édulcorant. Un produit sensé donner la saveur sucrée mais sans sucre.
Mais il y a beaucoup de confusion et de malentendus en ce qui concerne ces édulcorants que l’on qualifie de non-caloriques. Les édulcorants artificiels et tous les produits les utilisant sont présentés comme étant « sains ».

Sucre et édulcorants artificiels, qu’en est-il exactement ?

Ils sont utilisés souvent en grande quantité dans presque toutes les boissons dites diététiques, yaourts allégés », flans, glaces, la plupart des produits à faible teneurs en hydrates de carbone, et presque tous les produits qui contiennent peu de sucre dit « light ». Il suffit de lire les étiquettes pour en apprécier les teneurs.

Splenda est sans aucun doute l’un des plus grands charlatans à prétendre être ‘sain’ car ils affirment que le produit est réalisé à partir de vrai sucre. Faux ! C’est et cela reste, une substance artificielle. Ce qui n’est pas dit c’est que Splenda est en fait une substance chimiquement modifiée à laquelle on ajoute du chlore. Cette modification chimique le rend plus proche d’un pesticide chloré que d’un complément alimentaire.
Mike Geary, Spécialiste Diplômé en Nutrition, ajoute : « C’est l’un des plus grands malentendus que je constate tout le temps et cela me chagrine de voir tellement de gens empoisonner leur familles avec des édulcorants artificiels dangereux comme Splenda, en pensant à tort qu’ils font une bonne chose ».

En réalité, les édulcorants artificiels ne peuvent aucunement porter l’appellation de produits sains. Pire, vous allez le découvrir, ils peuvent être extrêmement nocifs pour votre santé, plus encore que le sucre ou le sirop de maïs. La plupart des gens font confiance à ces produits, surtout lorsqu’ils achètent des boissons diététiques ou des yaourts portant les mentions « allégés » ou « light » avec l’espoir d’entretenir leur santé. Malheureusement, ils s’exposent à des problèmes de santé bien plus important que la simple consommation de sucre. Le remède serait donc pire que le mal.

Vous avez raison de vous sentir frustrés par toutes ces informations contradictoires. Mais il faut être vigilent quant aux publicités ventant les mérites de produits alimentaires contenant des édulcorants artificiels. Que dire de ces pseudos régimes, boissons allégées, basées sur l’absence de sucre remplacé par ces produits chimiques.
Ne vous inquiétez pas, il existe vraiment des édulcorants de qualité. Cessons d’être accros à ces publicités mensongères et approchons la réalité. Il existe des alternatives aux édulcorants artificiels aussi bien que des alternatives au sucre et au sirop de maïs. Alors sucre et édulcorants, au placard !

La guerre que se livre l’industrie agroalimentaire pour l’usage des édulcorants artificiels, du sucre ou du sirop de maïs est une bataille pour le profit et rien d’autre.
Une fois encore, notre santé n’a aucun intérêt pour eux !

Vous connaissez déjà les problèmes liés au sucre et aux sirops de maïs avec un teneur élevée en fructose. L’excédant de calories vides et les pics de glycémie demandant un afflux d’insuline, représentent le premier facteur d’accumulation de graisse dans le corps et stimule votre appétit. Si l’on écoute tous les fabricants, les édulcorants vous sauvent des calories. Oui, mais comme ils augmentent votre appétit pour les sucreries et autres hydrates de carbones, vous mangez plus. Finalement, vous n’évitez pas les calories, vous les accumulez. Les études prouvent que les édulcorants peuvent stimuler la production d’insuline dans votre corps, ce qui va une fois encore favoriser le stockage des graisses.

Les 4 édulcorants artificiels énumérés dont les noms suivent ne devraient pas être absorbées par le corps humains, ils ne devraient même pas être vendus. Malgré tout, la plupart d’entre nous consommons quotidiennement, sans le savoir, une bonne partie de ces substances chimiques. De graves problèmes de santé sont liés aujourd’hui à la consommation d’édulcorants.

  • Splanda (sucralose)
  • Aspartame
  • Saccharine
  • Acesulfame Potassium (aka-acesulfame K)

Des études scientifiques et observations révèlent que certains :

  • Sont reliés à des risques potentiels de cancer
  • ont des effets négatifs sur le foie, les reins, et d’autres organes
  • Stimulent les envies
  • Engendrent des problèmes gastro-intestinaux
  • Ont un impact sur le développement des enfants et des fœtus
  • Apportent des maux de tête
  • etc… La liste ne cesse de s’allonger.

Certains de ces problèmes ont été démontrés dans des études sur des animaux à fortes doses. Soyons toutefois prudent, même si la consommation répétée de produits chimiques n’est pas bonne pour la santé, méfiez vous de tout ce que vous pouvez lire sur internet ou ailleurs et qui attribuent toutes sortes de maladies à l’usage d’édulcorants artificiels.

Le pouvoir sucrant est le rapport entre deux solutions qui développent la même intensité sucrée. Il faut donc déterminer cette « intensité sucrée ». En fait, Il s’agit d’une constatation. Le pouvoir sucrant n’est pas une « valeur absolue », car il dépend de nombreux facteurs, comme la température par exemple, mais également de l’appréciation des individus – on parle de paramètres organoleptiques. Le pouvoir sucrant est déterminé par rapport à une référence, en général une solution de saccharose dont le pouvoir sucrant est égal par définition à 1.

L’aspartame (codé E 951) est un édulcorant de synthèse découvert en 1965. Il a un pouvoir sucrant 150 fois plus élevé que le sucre. Il est utilisé dans de nombreux produits dits « allégés » ou « light ».
Il est important de mentionner que toutes les études financées par l’industrie concluent que l’aspartame est sans danger, alors que 92% des études indépendantes de l’industrie concluent que l’aspartame peut nuire à la santé. Evidemment, malgré les problèmes de santé associés aux édulcorants artificiels, les compagnies qui commercialisent ces produits continuent de prétendre qu’ils sont parfaitement sains. Soyons sérieux, dans la plupart des cas, comme pour d’autres produits, le corps humains ne reconnait pas ces molécules chimiques et n’a été conçu pour faire face à ces corps étrangers.

La Stevia peut-elle remplacer le sucre ?

Les meilleures alternatives pour remplacer le sucre ou le sirop de maïs avec des produits naturels reste le miel, le sirop d’érable Bio, ou un sirop antioxydant appelé sorghum (Amérique de sud). Même si ces alternatives contiennent les mêmes quantités de calories que le sucre ou le sirop de maïs… Le miel, le sirop d’érable organique, et le sorghum procurent des nutriments et des antioxydants, donc ce ne sont pas juste des calories. Les calories vides dans le sucre raffiné stimulent plus votre appétit parce que votre corps manque de nutriments.

Attention, la course à la baisse de calories, ne doit pas être la priorité si vous faite un régime. Certains aliments que nous consommons apportent des calories, mais aussi d’autres nutriments important pour la santé. Quelques calories en plus se seront donc pas néfastes, surtout si par la suite vous les éliminez par de l’exercice physique.

Vous retrouverez d’ailleurs certains édulcorants naturels dans plusieurs recettes de cuisine. Il en est un qui a toute mes faveurs, il s’appelle Stevia. Je l’utilise comme alternative au sucre depuis que j’ai été déclaré diabétique pour éviter les édulcorants artificiels. Aujourd’hui je l’utilise moins car je ne sucre plus le café ou le thé, les yaourts. Je le consomme uniquement dans des pâtisseries que je réalise afin de laisser à mon entourage la saveur du sucré tout en me permettant de partager avec eux un petit morceau de gâteau sans sucre.

La Stevia n’est pas un édulcorant chimique comme les autres, c’est un produit naturel et non-calorique qui a été utilisé depuis bien longtemps dans certaines parties du monde. D’origine sud américaine, transformée en poudre, elle est 200-300 fois plus puissante que le sucre. Bien connue des indiens Guarani du Paraguay, ils l’utilisent depuis longtemps dans leur alimentation. La Stevia est une plante de la famille des astéracées (comme la chicorée, l’artichaut, la laitue…) qui regroupe 240 espèces environ d’herbes aromatiques ou d’arbrisseaux dont quelques-unes contiennent des édulcorants naturels, notamment la Stevia eupatoria et la Stevia rebaudiana la plus connue.

Ce produit est présenté comme ayant la capacité de baisser le taux de glucose du sang et la tension artérielle.
Alors, ces affirmations sont-elles réalistes ou le simple fruit, une fois encore, du marketing ?
Il existe des études sur de très petits nombres de patients qui tendraient à montrer l’effet bénéfique de la Stevia chez les personnes diabétiques. Cet effet serait d’autant plus important que la glycémie est élevée. Il faut être très prudent sur les conclusions de ces études car d’autres viendraient contredire ces effets.

La Stevia, en remplaçant le sucre, permet en tant qu’édulcorant, de manger sucré sans augmenter les apports énergétiques quotidiens en raison de l’absence de calories apportées. Elle permet de contrôler le poids et de lutter efficacement contre l’obésité en évitant une consommation excessive de sucres dans l’alimentation. La Stevia n’entraînant pas d’augmentation de glucose dans le sang, elle est utilisée dans les régimes proposés aux personnes diabétiques afin qu’ils puissent retrouver le plaisir de manger sucré sans trop d’inconvénients.

Autorisé sur le marché français comme édulcorant depuis 2010, le Stevia se présente comme une alternative directe à l’aspartame.

Quels sont ses bienfaits ?

Les stéviols glycosides que la plante renferme ont un pouvoir sucrant jusqu’à 300 fois plus intense que le saccharose sans apporter une seule calorie. On trouve l’édulcorant sous forme de sucrettes, de sachets en poudre ou de conditionnement liquide destiné aux préparations culinaires. La Stevia est présente dans les supermarchés, les boutiques bio ou sur Internet.

Sur les étiquettes vous pouvez lire les différents types de stéviols glycosides:
– le stévioside,
– le rébaudioside A,
– le rébaudioside C,
– et le dulcoside A.

En 2010, la France autorise par décret l’une des molécules de la plante, le rébaudioside A pur à 97%. En novembre 2011, la commission européenne approuve l’utilisation des autres glycosides de stéviols issus de la plante dans plusieurs aliments et boissons au sein de l’Union européenne à condition qu’ils soient purs à 95%.

Des essais de faible envergure (de 12 à 31 sujets) indiquent que l’extrait de Stevia a :

  • augmenté la tolérance au glucose et abaissé le taux de glucose sanguin chez des sujets en bonne santé.
  • abaissé la glycémie après un repas type chez des patients atteints de diabète de type 2.
  • abaissé la glycémie après un repas chez des personnes minces ou obèses en bonne santé.

Malgré ces résultats prometteurs, des études de meilleure qualité et de plus grande envergure seront nécessaires avant de conclure à l’efficacité du Stevia.
Ils tendent à corroborer l’usage traditionnel de la Stevia Amérique du Sud pour traiter le diabète. Cependant, ils n’ont pas été confirmés par d’autres essais menés sur des sujets en bonne santé. Là encore, l’auteur d’une synthèse émet l’hypothèse que l’effet bénéfique de la Stevia sur la glycémie ne se manifesterait que lorsqu’elle est trop élevée. Les études à ce jour ont été réalisées sur de petits nombres de patients. Elles doivent donc être prises avec précaution.

Je n’ai pas trouvé de rapports négatifs concernant le Stevia mais seulement des avantages potentiels pour la santé. Si vous aviez un édulcorant habituel, pensez à changer pour la Stevia. Si vous utilisez une version en poudre, vous devrez apprendre à doser, car son pouvoir sucrant pourrait vite vous écœurer. Ne remplacez pas la valeur d’un sucre par une cuillère à café, c’est déjà beaucoup trop.
Pour ma part, je commande la Stevia à :
Abbaye de Sept Fons.
Moulin de la Trappe
B.P. 13
03290 Dompierre sur Besbre

Patrick Rosi

Sources

  • Agence française de sécurité sanitaire des aliments. Afssa – Saisine n° 2009-SA-0012, 30 mars 2009. [Consulté le 18 mars 2011] www.anses.fr
  • European Food Safety Authority. EFSA evaluates the safety of steviol glycosides, 14 avril 2010. [Consulté le 18 mars 2011] www.efsa.europa.eu
  • Santé Canada. Médicaments et produits de santé. Avis – Révision des lignes directrices sur l’utilisation du stévia dans les produits de santé naturels. [Consulté le 18 mars 2011] www.hc-sc.gc.ca
  • Santé Canada. Aliments et nutrition. Foire aux questions « FAQ » sur le stévia, 24 mars 2010. [Consulté le 18 mars 2011] www.hc-sc.gc.ca
  • Chan P, Tomlinson B, et al. A double-blind placebo-controlled study of the effectiveness and tolerability of oral stevioside in human hypertension. Br J Clin Pharmacol. 2000 Sep;50(3):215-20
  • Hsieh MH, Chan P, et al. Efficacy and tolerability of oral stevioside in patients with mild essential hypertension: a two-year, randomized, placebo-controlled study. Clin Ther. 2003 Nov;25(11):2797-808.
  • Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements – Stevia (Stevia rebaudiana Bertoni), Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 18 mars 2011]. www.naturalstandard.com
  • The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements – Stevia, ConsumerLab.com. [Consulté le 18 mars 2011]. www.consumerlab.com
  • Ferri LA, Alves-Do-Prado W, et al. Investigation of the antihypertensive effect of oral crude stevioside in patients with mild essential hypertension. Phytother Res. 2006 Sep;20(9):732-6.
  • The hemodynamic effects of rebaudioside A in healthy adults with normal and low-normal blood pressure. Maki KC, Curry LL, et al. Food Chem Toxicol. 2008 Jul;46 Suppl 7:S40-6.
  • Apparent lack of pharmacological effect of steviol glycosides used as sweeteners in humans. A pilot study of repeated exposures in some normotensive and hypotensive individuals and in Type 1 and Type 2 diabetics. Barriocanal LA, Palacios M, et al. Regul Toxicol Pharmacol. 2008 Jun;51(1):37-41.
  • Stevioside and related compounds: therapeutic benefits beyond sweetness. Chatsudthipong V, Muanprasat C. Pharmacol Ther. 2009 Jan;121(1):41-54. Review. Texte intégral people.stfx.c

 


 

INSCRIPTION DIABETES-HEBDO

Recevez un  cadeau de bienvenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.