NOUVELLE TECHNOLOGIE ISRAELIENNE – GUERIR LE DIABETE

edouardo-mitrani - Nouvelle technologie israélienne pour guérir le diabète

Malgré ce que nous répète à longueur de temps bon nombre de sites internet et de médecins à la solde de l’industrie pharmaceutique, qu’il n’est pas possible de guérir le diabète, une nouvelle publication vient démontrer le contraire. Du pancréas artificiel aux cellules souches, les recherches sont très avancées et les premiers résultats semblent très prometteurs. L’Ingénierie micro-pancréas de Betalin Therapeutics fournit une possibilité de production de cellules bêta productrices d’insuline.

Chez les personnes atteintes de diabète de type 1, les cellules bêta productrices d’insuline du pancréas ne fonctionnent pas correctement. Des injections quotidiennes d’insuline sont nécessaires pour réguler l’absorption du glucose producteur d’énergie dans toutes les cellules du corps.

Les médecins savent comment implanter aux patients diabétiques de type 1  des cellules bêta saines dans les îlots de Langerhans, mais ces cellules transplantées ne vivent pas plus de quelques jours. Malheureusement, la moitié de tous les patients transplantés reviennent aux injections d’insuline un an plus tard, et 90 % reviennent à la dépendance à l’insuline dans les cinq ans.

La Société de biotechnologie israélienne Betalin Therapeutics développe une micro-ingénierie du pancréas (EMP) qui peut soutenir des niveaux significatifs de glucose par une sécrétion d’insuline venant des cellules bêta transplantées. Si cette percée de l’ingénierie tissulaire se révèle efficace dans des essais humains, elle a alors le potentiel de guérir, non plus seulement de contrôler le diabète de type 1 mais aussi les formes sévères de diabète de type 2.

L’origine de l’EMP (Engineered Micro Pancreas) est un micro assemblage biologique qui est ajouté à des îlots avant l’implantation. Il prend en charge uniquement la survie de cellules, conduisant à un fonctionnement à plus long terme, explique le professeur Eduardo Mitrani, qui a conçu ce micro assemblage biologique connu sous le nom de « PGE » dans le département de biologie cellulaire et de développement à l’Université hébraïque de Jérusalem. Il préside aujourd’hui le Conseil consultatif scientifique de la société Betalin. « Le principal problème que nous avons dans le développement de nouveaux traitements pour le diabète est que le diabète est beaucoup plus compliqué que nous le pensions, » et E. Mitrani ajoute que « fournir l’insuline est facile, mais réguler l’insuline s’avère très difficile parce que la réglementation exige de nombreux capteurs différents dans les cellules bêta. »

Les résultats du laboratoire de E. Mitrani ont été publiés dans le numéro de Novembre 2015 dans la revue « Génie tissulaire partie A ». Ils démontrent que les cellules bêta provenant de l’EMP (des îlots pancréatiques similaires fraîchement disséqués dans le laboratoire) continuent de sécréter de l’insuline d’une manière régulée et à des niveaux comparables aux îlots frais pendant plus de trois mois, alors que les cellules bêta ne prennent en charge cette fonction que pendant environ deux jours.

Lorsqu’elles sont transplantées dans des hôtes appropriés, les PGE se connectent rapidement avec le système vasculaire du corps, et en raison de leur taille microscopique, peuvent recevoir des taux d’éléments nutritifs naturels nécessaires pour survivre. Cette « Connexion au réseau » est essentielle pour la détection du glucose et la sécrétion d’insuline appropriée. « C’est un grand pas en avant par rapport à toutes les autres approches expérimentales », dit Mitrani.

Prochaine étape : les essais cliniques

Par opposition au pancréas artificiel qui ne peut fonctionner comme un pancréas naturel, la technologie de micro-assemblage de Betalin permet de créer un micro-pancréas réel, dans toute sa complexité naturelle, en laboratoire. « Notre micro-organe devient vascularisée dans un cadre remarquablement rapide de trois à cinq jours et peut produire de l’insuline », explique E. Mitrani. « Ce qui nous distingue est le micro-assemblage. Nous avons des contacts dans le monde entier pour cette technologie, qui permet aux îlots de survivre en se connectant au système circulatoire ».

Il y a un autre avantage significatif à l’EMP. Le procédé courant pour la transplantation de cellules bêta nécessite l’utilisation d’une grande quantité de cellules d’un donneur dans deux perfusions. En revanche, avec le PGE, seul un plus petit nombre d’îlots est introduits en une seule perfusion. « Cela devrait se traduire dans la capacité de traiter un plus grand nombre de patients ».

Le Prof. James Shapiro de l’Université de l’Alberta, au Canada, collabore depuis les deux dernières années avec E. Mitrani pour faire avancer cette nouvelle approche de la guérison du diabète de type 1. Shapiro a dit que si la technique de micro-assemblage de Betalin est approuvée pour travailler aussi bien sur des sujets humains comme elle le fait dans le laboratoire, « Elle a le potentiel d’améliorer considérablement la prise en charge de la greffe cellulaire et la survie à la fois pour les îlots et potentiellement pour la greffe de cellules souches ».

Après cinq années d’optimisation de la technologie, Betalin Therapeutics a été créé en 2015 en vertu d’une licence mondiale exclusive de Yissum, le bureau de transfert de technologies de l’Université de Jérusalem. Le bureau de l’entreprise est à Ramat Gan, tandis que le travail de laboratoire se fait dans les laboratoires de Mitrani et ceux de Shapiro.

« Nous faisons maintenant tout ce qui est nécessaire pour se conformer aux réglementations des États-Unis et du Canada ». « Nous sommes déjà dans la phase de présentations des données à la FDA, qui va déterminer ce qui doit être fait pour commencer nos premiers essais humains d’ici un an ».

En prévision des essais cliniques favorables, Betalin a commencé une recherche de financement à hauteur de 2,5 millions $ auprès d’investisseurs privés.

Les chercheurs israéliens ne s’arrêtent pas là.

Un autre laboratoire découvre des fleurs qui peuvent traiter le diabète.

Cet article a d’abord été publié sur « The Times d’Israël ». Des chercheurs israéliens ont découvert qu’une plante qui pousse en Israël, ainsi que dans d’autres parties du Moyen-Orient, est efficace dans le traitement du diabète. Cette étude avait fait l’objet d’une première publication sur le site PubliMed en Ethnopharmacol. le 11 oct. 2011.

Le Dr Jonathan Gorelick du Centre de recherche et de développement de Judée présenta les résultats de son étude sur l’iphionoides Chiliadenus (varthemia forte), un arbuste aromatique de la famille des astéracées qui pousse en Israël et à travers le Moyen-Orient, à la 25e Conférence Judée et Samarie.

Gorelick et son équipe, ont publié les résultats de leur étude sur la varthemia dans le Journal of Ethnopharmacology, et ont constaté que la consommation de cette petite plante jaune lors de l’absorption de sucre dans les cellules musculaires et adipeuses squelettiques faisait diminuer les niveaux de sucre dans le sang chez les animaux. Selon les chercheurs, tandis que de nombreuses plantes ont été traditionnellement utilisées pour traiter le diabète, seuls quelques unes ont été couronnées de succès avec des médicaments commercialisables.

Les chercheurs travaillent à isoler le principe actif de la varthemia afin qu’il puisse être transformé en un traitement accessible pour les patients diabétiques. Le Centre de recherche et de développement de Judée, qui est situé sur Moshav Carmel en Cisjordanie, se concentre maintenant sur le développement industriel du produit, la technologie, les brevets et inventions pour des applications commerciales. Il est parrainé par l’Académie Universitaire Ben Gourion du Néguev.

Ressources :

  • David Shamah, The Times of Israël 11 Juin 2015.
  • Abigail Klein Leichman, Israël21c.org, 15 Déc. 2015

Patrick Rossi

 

 

 

One Response to NOUVELLE TECHNOLOGIE ISRAELIENNE – GUERIR LE DIABETE

  1. CASTAGNOTTO dit :

    J’aimerais que la France s’associe avec vous pour combattre le diabete de type 1 qui touche beaucoup d’enfants.
    Se mettre en relation avec Marisol TOURAINE Ministre de la Santé (FRANCE) afin qu’elle débloque des fonds pour aider la recherche……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.